Bronzes mithriaques

Les « bronzes d'Angleur » mis au jour fortuitement par des briquetiers, dans une poche d'argile, se composent d’éléments techniques d’une fontaine (clef, tuyaux, déversoirs à tête de lion et à tête de panthère), d’appliques décoratives et de figures en ronde-bosse.

Cinq appliques en fonte creuse représentent chacune un signe du zodiaque différent : le bélier, le lion, la balance – jeune homme nu qui tenait entre ses bras écartés, une balance – le scorpion et le poisson. Trois autres appliques assimilées au moment de leur découverte à des représentations de satyres, figurent des divinités des vents "psychopompes" qui avaient pour fonction d’élever l’âme des défunts dans l’atmosphère astrale. A l'origine, ces visages barbus et moustachus, montrés de profil, étaient tous pourvus d'une aile ourlée au plumage incisé.

Deux statuettes de jeunes femmes (Horae) - sans doute quatre à l'origine - vêtues d’un chiton à plis flottants représentent les saisons, symbolisant l’inexorabilité du temps qui passe.

Ces figurations munies d’un tenon de fixation en fer étaient vraisemblablement accrochées à des panneaux de bois qui agrémentaient un sanctuaire consacré au dieu Mithra, divinité indo-persane dont le culte à mystères fut véhiculé en Gaule par l’armée romaine ou via le commerce. Elles présentent des analogies de composition avec les bas-reliefs mithriaques rhénans (Heddernheim, Osterburken) racontant sous forme de tableaux, la genèse de Mithra ainsi que les scènes majeures de sa vie. Ces panneaux historiés entouraient l’image cultuelle principale du mithraeum, celle représentant le dieu invincible Mithra immolant un taureau. Cette scène de sacrifice surmontée d’une frise en arc de cercle illustrant les douze signes du zodiaque symbolisait la régénération de la nature. L’ applique figurant Méduse, la Gorgone au regard pétrifiant, est un élément étranger à l’iconographie mithriaque.

Un lion en ronde-bosse, de qualité d'exécution plus soignée, complète le décor.

Ces objets en bronze, exceptionnels par leur rareté, ont probablement été enfouis dans une cachette suite aux incursions franques menées en 275 et en 276.

Année d'exécution
Fin du 2e siècle ou début du 3e siècle après J.-C.
Lieu
Découverts à Angleur (Liège) en 1882
Dimensions
Divinité des vents I : H. 20 cm ; l. 11.5 cm ; Ep. 5 cm / Divinité des vents II : H. 22 cm ; l. 10.5 cm ; Ep. 5.5 cm / Méduse : D. 20.2 cm ; P. 1259.7 g
Numéro d'inventaire FLORA
GC.ARC.01e.1884.004809