A la fin du mois de juin 1862, des ouvriers qui extrayaient le sable d’une petite carrière exploitée à Omal (Geer, Liège) ont découvert fortuitement, à un ou deux mètres de profondeur, le mobilier funéraire d’une riche sépulture gallo-romaine située à proximité de l’antique voie romaine Bavay-Tongres. La tombe, implantée à une centaine de mètres au sud des quatre tombes alignées d’Omal (fig. 1), était approximativement orientée nord-sud, comme ces dernières.

Cette arme de belle facture comporte des canons juxtaposés demi-bloc en acier portant sous la culasse les poinçons du célèbre canonnier liégeois J. Falla (firme active de 1931 à 1953) et la marque « POLDI ELECTRO STEEL KLADNO JF ». Ils sont signés « A. FORGERON - LIÈGE » - « ARMES DE GRAND LUXE », une mention « Belgique » apparaissant de manière discrète près de la bascule. Une frise de feuillages orne la culasse.

Pascal Tassini

" Coiffe de mariée surmontée de fleurs en plastique, fils de laines et liens avec morceaux de cravate ".Acquisition dans la collection du MADmusée : 2014 

L’aventure de l’Orient express est associée à un nom : Georges Nagelmackers. Issu d’une famille liégeoise qui a fait fortune dans le monde bancaire et industriel, Georges Nagelmackers se révèle naturellement doué pour les affaires. En 1867, parti pour les États-Unis afin d’oublier un chagrin d’amour incestueux, Georges Nagelmackers découvre les tombe amoureux des sleepings cars (d’où vient la traduction wagon-lit)  inventés par George Pullman.