La lampe Carcel

La lampe Carcel a été brevetée à Paris par l’horloger Guillaume Carcel, le 24 octobre 1800. Deux modèles différents sont exposés au Musée des Arts et Métiers à Paris.
La lampe Carcel est une lampe mécanique qui met définitivement fin au problème de la mauvaise capillarité des huiles végétales et animales. Le mouvement d’horlogerie (dans le pied) commande un corps de pompe situé dans le réservoir d’huile pour faire monter celle-ci directement au bec.

La première génération de lampes (1800-1810) devait être soulevée pour remonter le mouvement pour le dessous de la lampe (modèle au Mulum). La seconde génération de lampes (à partir de 1810), se remontait sur le côté (paire exposée au Grand Curtius). D’autres inventeurs parisiens, dont Gagneau, modifieront par après la ou les pompes.

La lampe Carcel, et type Carcel, sera toujours une «Rolls Royce» pour gros budget. Dès 1837, une lampe mécanique plus simple et moins coûteuse sera fabriquée à Paris puis ailleurs: la lampe à modérateur (ressort et piston en cuir).
Ces lampes n’ont donc rien à voir avec les lampes à pétrole (huile minérale) qui seront fabriquées dans la seconde moitié du 19e siècle.

Philippe Deitz,
Responsable du Musée du Luminaire

Plus d'informations sur le Mulum (Musée du Luminaire), ici : https://lesmuseesdeliege.be/mulum/