Art religieux & Art mosan

Le département d’Art religieux et d’Art mosan est en partie l’héritier du Musée d’Art religieux et d’Art mosan (MARAM), lui-même issu de l’ancien musée diocésain dont il conserve la mission : il vise à l’accueil des oeuvres d’art du patrimoine diocésain afin de leur assurer sécurité et conservation.

Le Grand Curtius réunit les anciennes collections diocésaines et celles dédiées à la même spécialité du Musée d’Archéologie et des Arts décoratifs et l’Institut archéologique liégeois, dans un souci de complémentarité.

Le MARAM était constitué de plusieurs fonds, le plus ancien et le plus important provenant de la société d’art fondatrice. Celle-ci bénéficia de dons et legs importants, dont celui de l’abbé Scheen, lui-même héritier de Jules Helbig, et dont le musée est redevable de sa riche collection de Primitifs flamands. L’institution s’est enrichie de dépôts de provenances diverses. Elle conserve aussi les fonds d’archives des verriers Osterrath et des orfèvres Dehin.

Le département reflète dans son vocable la double orientation de ses collections : l’évocation de l’art mosan d’une part, expression artistique majeure de l’âge d’or du diocèse de Liège (11e-13e siècles). Le département offre d’autre part un aperçu cohérent de l’évolution de l’art religieux depuis le haut Moyen Age jusqu’au début du 20e siècle, à travers des ensembles qui comptent parmi les plus importants de Belgique dans les domaines de la sculpture, de l’orfèvrerie, de la peinture. Des oeuvres d’art régionales y côtoient des chefs-d’oeuvre des écoles flamande, française, italienne, brabançonne et allemande. 

Mot du conservateur

Entrez dans nos collections et prenez le temps … Prenez le temps d’observer et d’écouter ce que les objets ont à exprimer… à VOUS raconter.

Soyez réceptif à tout ce qu’ils vous renvoient sur leur propre vie mais également sur vous-même. Que vous soyez un parfait profane ou un parfait érudit en la matière, vous ressortirez enrichi… 

Laissez-vous séduire par les textures, les couleurs, les reliefs, les grandes et petites histoires… Ne privilégiez-pas le magistral au détriment de l’anecdotique. Vous ne retiendrez certainement pas tout … Il faudra revenir !

Christelle Schoonbroodt