A la mémoire d’Hippolyte Lamproye

Les collections des musées se constituent parfois par hasard : un heureux coup de pelle sur un chantier met au jour un trésor enfui. Cette broche, qui servait à attacher à l’épaule un ample vêtement, rassemble des histoires humaines imbriquées : l’histoire des artisans qui la fabriquèrent selon les canons de l’époque, l’histoire de la dernière femme qui l’a portée au 7e siècle et celle de celui qui la redécouvrit. Ce dernier s’appelait Hippolyte Lamproye, il avait 22 ans et était employé à la journée par la briqueterie de Moxhe (province de Liège). Le 11 juin 1874, c’était un jeudi, le jeune Hippolyte, enlevant un peu d’argile aux parois d’une fosse d’extraction, trouva un « trésor » comportant, outre ce bijou, deux céramiques, un fragment de verre, un ardillon de boucle de ceinture, un bracelet et une bague en bronze ainsi que des perles d’ambre et de pâte de verre. Hippolyte Lamproye recueillit les objets et les confia au comte Georges de Looz-Corswarem. Les objets, remis par ce-dernier à l’Institut archéologique liégeois, furent ensuite déposés au Musée de Liège.

Année d'exécution
Par comparaison avec des fibules analogues découvertes en contexte funéraire, le bijou daterait du 2e tiers du 7e siècle, vers 630-660.
Dimensions
Diam. 5,5 cm ; ép. 1,5 cm
Numéro d'inventaire FLORA
GC.ARC.01j.1874.50852