Le Travail

D’après Charles-Auguste Lebourg

Bronze coulé, début xxe s.

GC.REL.10b.2005.32554
 

Cette statuette, représentant un robuste forgeron assis sur son enclume, est l’oeuvre d’un sculpteur nantais largement oublié aujourd’hui, Charles-Auguste Lebourg (Nantes 1829 – Paris 1906). Élève de François Rude et d’Amédée Médard à l’École des Beaux-Arts de Paris, il connaît en son temps une certaine renommée. Sculpteur d’architecture, il est appelé à participer à la décoration du Palais du Louvre, de l’église de la Trinité, de l’Hôtel de Ville de Paris, la reconstruction du Pavillon de Marsan. Il réalise aussi de nombreux portraits et pour sa ville natale, une statue équestre de Jeanne d’Arc.
 

On retient essentiellement de lui la réalisation des cariatides1 garnissant les fontaines Wallace2 ; on en trouve une centaine à Paris ; d’autres sont dispersées de par le monde.
 

Le Travail est à l’origine un plâtre de grand format, coulé en bronze et acquis par la Ville de Paris pour l’école Diderot. Elle aurait figuré à l’Exposition universelle de Paris en 1889.
 

Pour les catholiques, le mois de mai est traditionnellement un mois consacré à la Vierge Marie. Mais il s’ouvre aussi et surtout par la Fête du travail (ou Fête des Travailleurs). Son origine remonte à la période révolutionnaire. Le premier Labor Day est célébré à New-York le 5 septembre 1882.
 

La fête internationale que nous connaissons aujourd’hui nous vient également d’Outre-Atlantique et trouve son origine dans le cadre du combat pour la journée des huit heures à partir de 1884. En 1886, l’Internationale socialiste décide de consacrer le 1er mai à une journée de revendications qui deviendra un jour chômé avec le temps. Aux États-Unis, le Labor Day est jour férié le premier septembre ; le 1er mai est célébré mais pas chômé.
 

Enfin, c’est l’occasion de rendre ici un hommage à la générosité de la Congrégation des Soeurs de Saint-Augustin de Bavière : c’est leur Foyer de la Providence à Beaufays qui nous a offert ce bronze. C’est à cette congrégation que nous devons aussi le dépôt au département d’art religieux du Grand Curtius d’un patrimoine orfévré de premier plan, au rang duquel figurent les garnitures d’argent du maître-autel de la chapelle de Bavière et une série de gobelets en argent, ensembles uniques dans l’orfèvrerie liégeoise.

 

 

1. Ces cariatides représentent la Simplicité, la Bonté, la Sobriété et la Charité.

2. Les fontaines Wallace sont des points d’eau potable installés à Paris à partir de 1872 et largement financées par le philanthrope britannique Sir Richard Wallace, dont l’épouse était Française. Sa collection est à l’origine de la Wallace Collection de Londres.

 

Philippe Joris, conservateur du département d’art religieux